Le Zodiaque, partie 2

Publié le par William "dromeur" Kisasondi

Voici la suite de la ceinture zodiacale. Je vous présente à nouveau une vue ensemble de ces constellations. Il s'agit toujours d'images issues de Stellarium.

On peut voir ici le zodiaque suivre l'écliptique (la ligne jaune). A droite de l'image on distingue la queue du Scorpion dont j'ai parlé dans l'article précédent et à droite on devine les jambes des Gémeaux ce qui ferme la boucle.

Le Sagittaire

Cette constellation est sur la voie lactée, à l'emplacement où se situe le centre de notre galaxie. Le Sagittaire est en fait un centaure, même si on peut avoir du mal à le visualiser dans le ciel. La partie « homme » du quadrupède fait face au Scorpion et lui tire une flèche au moyen de son arc que l'on devine à peine, tandis que le reste du corps et des pieds sont figurés par les autres étoiles. 
Plusieurs étoiles très brillantes la composent. Kaus Australis est la plus brillante, il s'agit d'une étoile bleue possédant un compagnon très difficile à observer. On trouve également dans cette région, un grand nombre d'objets du ciel profond, observables avec un petit télescope, dont une quinzaine d'objets figurant au catalogue Messier. C'est au bord ouest de cette constellation, près du Scorpion et d'Ophiucus que se trouve le centre de la galaxie. On perçoit d'ailleurs une puissante radiosource dans cette région.

Le Capricorne

Le Capricorne est représenté pour sa partie antérieure par un corps de bouc et pour sa partie arrière par une queue de poisson. Le fond de ciel dans cette région n'est pas particulièrement intéressant au contraire, de la Vierge, par exemple qui recèle un grand nombre de galaxies. Gredi, l'étoile en haut à droite regroupe en fait deux étoiles multiples que l'on peut séparer à l’œil nu. L'étoile la plus brillante est Deneb Algiedi, l'étoile située à l'extrémité gauche et haut de la constellation.
On trouve également l'amas M 30 ainsi que l'origine de plusieurs essaims d'étoiles filantes dont les alpha capricornides actives début août.

Le Verseau

Il s'agit d'une constellation très étendue qui ne possède pas d'étoiles particulièrement brillantes. Son dessin est celui d'un jeune homme debout, un bras étendu et versant l'eau d'une jarre à ses pieds. Il s'agit de Ganymède dont Zeus a fait son amant.
Quelques objets à observer dans son voisinage, deux nébuleuses et des amas globulaires. On trouve également deux radiants d'essaims d'étoiles filantes, actives respectivement en avril et mai et de mi-juillet à mi-août.

Les Poissons

Cette constellation est représentée par deux poissons reliés par la queue au moyen d'une ficelle pour qu'on ne puisse pas les séparer. Il s'agirait de la personnification d'Aphrodite et d'Eros qui, pour échapper au monstre Typhon, se jetèrent dans les eaux de l'Euphrate et se transformèrent en poissons. 
La constellation ressemble à une sorte de grand V qui représente les deux poissons reliés, la tête de l'un situé sous le grand carré de Pégase et celle  du second située sous la constellation d'Andromède. Ses étoiles sont peu lumineuses, au contraire de ses sœurs situées au-dessus, dont 4 étoiles très brillantes forment le grand carré de Pégase aisément reconnaissable. En réalité la quatrième étoile appartient à Andromède qui continue comme une longue « queue ». On trouve d'ailleurs un peu au-dessus du « bras » de cette dernière la galaxie éponyme, notre proche voisine. 
On notera également des radiants d'essaims d'étoiles filantes,  les piscides actives début mai et également en automne. Dans Andromède, on a également les andromédides, actives en novembre.

Le Bélier

Le Bélier annonçait autrefois le début de l'année et le retour du printemps. Ce bélier-là avait sans doute quelque chose à voir avec le mythe de la Toison d'Or. Il s'agit d'une petite constellation composée essentiellement de trois étoiles brillantes et de plusieurs autres moins importantes. Non loin vers l'est on peut voir briller les Pleiades, un amas particulièrement remarquable appartenant aux Taureau. 
On y trouve quelques galaxies invisibles à l’œil nu, spirales ou irrégulière. Un essaim d'étoiles filantes y trouve également son origine, les ariétides actif en juin.

Le Taureau

 

Zeus était amoureux de la belle Europe, fille du roi Agénor. Il se changea alors en taureau et lorsque la belle fut assise à califourchon sur lui, il l'emporta à travers les mers jusqu'en Crète où il lui fit de beaux enfants, Minos, entre autre. C'est en mémoire de cet épisode que Zeus plaça le taureau dans le ciel.
Il est facilement reconnaissable par ses deux cornes qui forment une sorte de Y dont le haut est une étoile du Cocher qui est une sorte de « cerf-volant » au-dessus du Taureau et où se situe Capella, l'une des plus brillantes étoiles du ciel. 
Sur sa gauche (ou en-dessous, selon l'orientation du ciel) on observe la grande constellation d'Orion semblable à un sablier. En prolongeant les trois étoiles de la ceinture on trouve Aldébaran. Le Taureau est très stylisé puisqu'il se réduit à deux cornes et une patte gracile traversant l'écliptique. Le corps de l'animal (où je vois plutôt un bras tendu vers le bélier) indique les Pléiades (M 45), amas très visible regroupant sept étoiles observables à l’œil nu. 
Proche d'Aldébaran, on trouve également les Hyades, un amas dispersé d'une centaine d'étoiles. 
Les taurides et bêta-taurides, sont deux essaims d'étoiles filantes observables respectivement début novembre et en juin/juillet.

Conclusion

Nous avons fait le tour du zodiaque et des constellations circumpolaires. Je présenterai sans doute quelques autres constellations remarquables mais pas la totalité. Il en existe 88 délimitant autant de régions regroupant l'ensemble de la voûte céleste. Le système actuel est sans doute un compromis entre l'héritage ancestral des astronomes d'autrefois qui ont découvert peu à peu l'univers dans lequel nous nous trouvons et les moyens plus modernes et scientifiques existant aujourd'hui. 
Prions pour que la poésie et la fascination du ciel ne disparaisse pas sous l'assaut de nos connaissances sans cesse croissantes… 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article