L'avenir de Vézelay

Publié le par William "dromeur" Kisasondi

À la suite de la liste « Vézelay autrement », j'ai eu envie également de m'exprimer par cet article sur l'avenir de cette commune qui m'est chère. Non pas que j'aie quelque envie que ce soit de participer à cette « lutte » autrement que par mon vote en choisissant les programmes et les personnes de l'une ou l'autre des listes en course. C'est une bonne chose qu'une liste nouvelle présente des idées privilégiant la vie locale plutôt que le seul accueil des touristes. 

 

Cependant, ainsi que nous l'avons vu avec les épisodes des bornes et des caméras, imposées à la municipalité par la préfecture, l'équipe en place n'est pas tout à fait libre de ses choix. Si le conseil municipal avait refusé ces deux options, le lui aurait-on imposé ? D'une manière ou d'une autre, c'est sans doute probable. On peut cependant se demander pourquoi elles n'ont pas rencontré davantage d'opposition au sein du conseil. On peut également douter de leur utilité, eu égard au coût d'installation (certes supporté par la préfecture mais dont les frais de maintenance sont probablement à la charge de la commune -à vérifier cependant) des bornes dont le nombre est impressionnant pour un si petit village. J'avais trouvé surprenant à l'époque que l'on se prévale du risque du terrorisme, par nature éphémère, pour justifier une installation aussi lourde et destinée à durer. Quant aux caméras, je ne suis pas sûr qu'elles aient aidé à faire diminuer la « criminalité » à Vézelay, bien faible, surtout lorsqu'on considère le nombre important (pas loin d'un million de personnes par an) qui visitent le village.

L'avenir de VézelayL'avenir de Vézelay

Donc, il importe que la municipalité prochaine s'assure qu'elle aura les possibilités de faire ses propres choix dans tous les domaines. Il ne s'agit pas tant de savoir en premier lieu si on doit privilégier le tourisme au détriment de la vie locale, ou l'inverse, mais plutôt de chercher à s'émanciper des pouvoirs de tutelle, selon une ancienne tradition vézelienne. Le prochain chantier en cours est le « Grand Vézelay » qui, certes, apporteront à la commune des moyens financiers supplémentaires, mais dont on voit bien, d'ores et déjà, que les grandes décisions se situent hors de Vézelay, hors même du cadre strictement municipal. Je ne connais pas les détails, mais j'ai tendance à penser qu'on se retrouvera (si nous n'y sommes pas déjà) sur ce dossier dans une situation similaire à celles des deux « chantiers » dont j'ai parlé plus haut, c’est-à-dire que les personnes véritablement décisionnaires ne sont pas des élus locaux. La démocratie n'est alors plus guère à l’œuvre même si son apparence subsiste. Par exemple, concernant les bornes, tout a été fait dans les règles imposées par la loi… sauf, qu'il n'a été tenu aucun compte de l'opposition d'une partie non négligeable de la population locale. Et pas davantage, des nuisances imposées aussi bien aux habitants du village qu'à ceux des environs. 

Une fois acquise cette indépendance (non, je n'appelle pas à la création d'un Front de Libération Vézelien, lol) dans la mesure du possible et sans laquelle aucun programme ou promesse n'a de sens honnête, on pourra se poser la question de savoir quelle orientation prendre : tourisme ou vie locale. Il est évident que la seule présence de la basilique (qui assure à elle seule l'affluence) porte à privilégier l'accueil des touristes, mais doit-on pour autant sacrifier les habitants sous le seul prétexte qu'ils sont moins nombreux et qu'ils devraient, a priori, se réjouir des retombées de la venue d'une telle foule ? C'est une question qui mérite d'être posée.

Jusqu'à présent, le tourisme a nettement été privilégié, tandis que l'aspect strictement local a été quelque peu oublié. C'était certes tentant, dans la mesure ou la commune dispose de peu de moyens financiers propres, à condition toutefois que les retombées du tourisme reviennent à la commune en espèces « sonnantes et trébuchantes », mais est-ce bien le cas ? Personnellement, en tant qu'habitant de Vézelay, je ne vois pas l'écho et la trace de cette forte présence touristique. A-t-on une belle salle des fêtes ? Nos trottoirs sont-ils refaits à neuf et entretenus régulièrement ? Ainsi que nos rues ? Etc. Il y a certes bien eu quelques réalisations bénéficiant aux seuls locaux, tels que la Cité de la Voix et dans une plus grande mesure encore la Maison Médicale. On peut citer également le musée Zervos. À noter pourtant qu'il s'agit dans tous les cas de réalisations d'acteurs extérieurs à la commune. 

L'avenir de Vézelay

La population de Vézelay est vieillissante et si, jusque-là, les écoles ont pu être préservées, il convient d'envisager l'avenir. Des bâtiments avaient été acquis il y a quelques années par la municipalité dans le but de créer des logements à loyer modéré ( où en est donc ce projet?), susceptibles de recevoir de nouveaux arrivants, l'accent devant évidemment être porté sur l'accueil de familles avec des enfants. La plupart des nouveaux arrivants ces dernières années étant le plus souvent des personnes aisées d'un certain âge. Il convient de renverser cette tendance, résultat du prix particulièrement élevé des habitations, et de faire le choix (enfin) de rajeunir la population. C'est même, à terme, une question de survie, si on ne veut pas que Vézelay devienne une coquille vide (ce qu'il est presque déjà, hélas), désertée l'hiver venu et ne servant qu'à faire de l'accueil touristique ne vivant que par ses hôtels, ses restaurants et ses rares commerces de « fringues, de vins et de bibelots religieux ».

Il existe sans doute assez de maisons inhabitées qui pourraient être rénovées et transformées en locations de type « hlm ». Ce sont des programmes qui se font dans d'autres communes, pourquoi pas à Vézelay même ? Nombre de maisons, à la fois très grandes et très chères s'échangent pour n'être finalement habitées que pour les vacances. La municipalité a sans doute son rôle à jouer à la fois pour faire baisser les prix et pour orienter la destination des divers locaux qui s'achètent et se vendent. Une autre piste (utilisée par exemple à Saint-Père) à suivre est celle du lotissement. S'il n'est sans doute pas possible d'en implanter à Vézelay bourg, les lieux dits des Bois de la Madeleine et de l’Étang sont aptes à en recevoir. Beaucoup de communes désireuses de renouveler leur population, offrent des terrains viabilisés très peu cher pour inciter des familles à s'y installer. Des pistes existent, ce sont des choix…

L'avenir de Vézelay

Beaucoup de personnes qui viennent à Vézelay sont désireuses de s'y installer. Si elles ne le font pas, c'est le plus souvent par manque de moyens. Elles achètent donc ailleurs, où les prix sont plus abordables sans toutefois être trop loin de leur chère colline. Il ne faut pas négliger l'attrait de Vézelay. Voir Vézelay un jour, y revenir pour toujours !

Il serait bon également, afin de rompre le relatif « isolement » du village, de rapprocher la gare de Sermizelles en augmentant le nombre de navettes afin de pouvoir prendre réellement le train depuis Vézelay. On pourrait envisager un système couplant un billet de train avec une réservation préalable d'un véhicule d'accompagnement à la charge de la commune, par exemple. 

Vivre à Vézelay nécessite de pouvoir y trouver un emploi. Attirer de petites entreprises ou des artisans est également une autre piste à creuser. Certaines communes réhabilitent même d'anciens locaux (à Asquins, par exemple) pour permettre à des commerçants de s'installer à moindres frais. Il y faut une politique volontariste tourné en premier lieu vers l'essor de la population en recherchant tout à la fois son maintien et son accroissement. Au contraire, une politique privilégiant essentiellement le tourisme conduit inéluctablement à faire du village une sorte de « parc d'attraction » vivant uniquement à la belle saison (un peu comme les stations de ski qui ne vivent, elles, que l'hiver). Certes la basilique sera toujours là et attirera toujours, mais ce n'est pas une raison pour oublier les habitants du lieu. De plus, privilégier le seul tourisme rend la commune dépendante à la fois des visiteurs extérieurs mais également de l'apport financier sous forme de subventions diverses que nécessite cet afflux. 

L'avenir de Vézelay

S'inspirer d'initiatives ayant porté leurs fruits ailleurs peut être une bonne idée, à condition de tenir compte des spécifications du lieu, de la population actuelle et de la présence de cette basilique qui n'est pas simplement un haut lieu du patrimoine mondial mais également un pôle spirituel majeur. Le rayonnement de Vézelay est tel que d'autres acteurs, le département, la région, entre autres, devraient participer au financement de certains équipements nécessaires, sans toutefois chercher à se substituer aux décisionnaires locaux (conseil municipal et habitants) mais se comporter davantage en « mécènes » qu'en « donneurs d'ordres ». 

Pour conclure, je dirai que la municipalité devrait rechercher à s'affranchir de toutes influences extérieures même (et surtout, peut-être) si celles-ci semblent financièrement alléchantes sur le court terme ou « à la mode » (telles que l'installation des bornes ou des caméras). Lorsqu'on engage l'avenir de toute une population, la réflexion et la prudence n'est-elle pas de mise ? Tout reste à inventer, favoriser à la fois le tourisme sans oublier de s'assurer qu'il participera au développement de la population ainsi que la vie locale, en privilégiant son rajeunissement et son accroissement au travers d'initiatives diverses telles que, par exemple, l'instauration d'une Maison de la Vie Sociale permettant de relier les individus entre eux, toutes générations confondues ; l'instauration d'habitats spécifiques pour les personnes âgées (sortes de maison de retraite dispatchées dans tout le bourg et offrant des services para-médicaux, en compléments des associations qui existent déjà et qui remplacerait la maison de retraite rénovée qui a failli voir le jour naguère) ; une salle des fêtes digne de ce nom où pourraient se jouer des pièces de théatres, par exemple; etc. 

Les idées ne manquent pas, d'autres villages y parviennent alors pourquoi pas Vézelay ? On me rétorquera qu'il faut de l'argent pour réaliser tout cela. Je prendrai l'exemple d'un projet dont je ne sais s'il est toujours d'actualité, celui de créer une sorte d'office présentant l'Opération Grand Site. De l'argent a bien été trouvé pour mener ce projet à bien… Tout est d'abord question d'orientation et de choix. 

Publié dans Vézelay, avenir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article