Vézelay s'enflamme : lumières des temps obscurs

Publié le par dromeur

Vézelay s'enflamme, c'est fini ! Les représentations ont battu leur plein, les spectateurs furent nombreux et les acteurs excellents. La musique, les effets spéciaux et les vidéos projetées sur la tour saint Antoine ainsi que sur le cloître rythmèrent le jeu des figurants tout en narrant une histoire, celle de Vézelay, véritable acteur de cette pièce réussie. La basilique fut l'écrin magique rehaussant ce spectacle.

De l'avis même de nombreux spectateurs, cette « cuvée » de « Vézelay s'enflamme », Lumières des temps obscurs, fut la plus réussie de toutes les sept. L'emplacement, sur la pelouse jouxtant le bâtiment, y fut sans doute pour quelque chose. Depuis les gradins surélevés, tous pouvaient admirer tant les effets spéciaux que le jeu des figurants placés qui sur l'une des deux scènes qui sur l'avant scène qui sur les allées bordant les gradins.

A présent, la fête est terminée, la petite troupe se sépare, un brin nostalgique. Les comptables vont parler, les responsables se réunir et les bilans se dessiner. Mais rien n'étant jamais fini, l'histoire a une suite, le 13 septembre aura lieu un vide grenier organisé par l'association. Rendez-vous donc à cette occasion en attendant le prochain numéro, en 2016.

Voici donc la dernière vidéo de ce « son et lumière », plus longue que les précédentes. Elle n'est pas exempte de quelques petits défauts mais elle rend compte au mieux de l'ensemble du spectacle (je m'y suis essayé tout du moins), en mettant l'accent sur les acteurs eux-même que ce soit Stéphanie, la chanteuse lyrique, Cali, la danseuse magique toute en grâce et en jeunesse, Jacques « le roi » et tous les autres, grands et petits. Bravo à eux tous pour leur prestation !

Pour ma part, j'ai passé en la compagnie de toute cette troupe quelques jours exceptionnels quoique épuisants. Je les en remercie tous et toutes, en premier lieu de m'avoir accueilli à bras ouverts ainsi que de m'avoir permis de photographier et filmer l'ensemble du spectacle. Merci aussi à Bernard pour le prêt de son caméscope « presque  pro ». Ce n'est qu'un au revoir...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article