Vézelay entre ciel et terre

Publié le par dromeur

Merci à Julie R. qui se reconnaîtra...

Parmi les nombreuses personnes qui viennent à Vézelay, beaucoup ne sont que de passage. Sont-elles sensibles au charme qui se dégage avec force de la colline ? Peut-être sentent-elles vaguement quelque chose qu'elles prennent pour un attrait passager et dont elles se débarrassent d'un hochement de tête comme on fait d'un léger vertige ? Peut-être sont-elles tellement accaparées par leur vie harassante qu'elles ont oublié comment on ressent les choses toutes simples, celles que l'on ne voit pas mais que l'on devine nichées au creux des riens de l'existence ? Car l'attrait de Vézelay est de ceux là, invisible mais pourtant puissant, il est de l'ordre d'un amour qui nous inonde tout entier, d'une vénération sans partage qui s'impose à quelques rares élus.

Vézelay entre ciel et terre
Vézelay entre ciel et terre

Vézelay se voit de loin, excroissance rocheuse improprement nommée « colline » haussant ses maisons le long d'une pente qui n'en finit plus et surmontée par la silhouette majestueuse de la basilique qui s'allonge à l'ombre des arbres de la terrasse. D'où que l'on vienne, on remarque au loin ce tertre reconnaissable, sorte de « mont Saint Michel » des campagnes, îlot sortant de terre! Il faut la voir, cernée des brumes automnales, surgissant d'une mer laiteuse, bravant les flots et résistant à tous les embruns... Et l'édifice de la Madeleine n'est-elle pas nef, vaisseau échoué là sur son récif ? À moins qu'elle n'attende la marée pour s'envoler enfin vers des cieux plus cléments ?  

Vézelay entre ciel et terre
Vézelay entre ciel et terre

Les maisons, hautes et étroites, juchées sur des plate-formes assises à même la roche, se blottissent les unes contre les autres le long d'une rue qui grimpe avec peine jusqu'à la basilique. Cette rue tourne légèrement, suivant l'échine rocheuse tandis que de rares ruelles s'en écartent légèrement comme les nervures d'une feuille, d'autres venelles plus pentues encore rejoignent les remparts et le chemin de ronde qui ceint la cité et on trouve même des escaliers interminables qui dévalent la pente.

Une fois parvenu au sommet après avoir sué et tempêté, le visiteur étranger découvre avec étonnement l'imposante basilique de la Madeleine. Il en aperçoit la façade avant que d'être parvenu au sommet en un ultime encouragement. Puis il arrive sur la vaste place où l'édifice  le domine tout entier, il doit lever les yeux pour parcourir le fronton et les nombreux bas-reliefs. Le bâtiment sombre et trapu s'allonge majestueusement sur l'esplanade, d'abord massif et écrasant puis élancé et chatoyant. A l'intérieur, la nef dessine avec ses arches bicolores un chemin vers le chœur qui élance ses voûtes vers le ciel. Tout ici est empreint, plus que partout ailleurs, d'une spiritualité matérialisée, l'édifice étant un portail vers le Ciel. Les pierres séculaires témoignent des générations de fidèles qui ont prié en ce lieu mille fois saint.  

Vézelay entre ciel et terre
Vézelay entre ciel et terre

La ville est entourée de murailles et d'un chemin de ronde, promenade privilégiée de nombre d'habitués de Vézelay. Les remparts, restaurés par endroits, témoignent des temps anciens où l'histoire était moins clémente qu'aujourd'hui et les longer lentement imprègne l'âme d'éternité. Cette ronde tranquille apaise l'esprit, et le voyageur nonchalant promène les yeux vers la campagne environnante en voguant d'une colline à l'autre. Parfois, des lambeaux de brumes se perdent au sein des vallons lointains, des nuages lourds s'effilochent à l'horizon au dessus des monts lointains du Morvan. On s'imagine, au bord de la terrasse, à la proue d'un vaisseau gigantesque qui va larguer ses amarres...

Vézelay entre ciel et terre
Vézelay entre ciel et terreVézelay entre ciel et terre
Vézelay entre ciel et terreVézelay entre ciel et terreVézelay entre ciel et terre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article